Les Danses Basques.

       Au-delà de l’aspect folklorique, la danse, au Pays Basque, représente en elle-même une tradition ancestrale qui s’exécute au cours de diverses cérémonies rituelles. Elle est une façon de saluer ou de remercier quelqu’un, de rendre solennel un événement religieux ou social. Ainsi, lors de fêtes traditionnelles, l'Agurra peut-être effectuée pour saluer le drapeau, en signe de respect pour ce symbole de l’unité d’un peuple.
L'Agurra, cette danse qui est à la clôture ou ouverture de nombreux spectacles, est une version récente : le drapeau basque tel que nous le connaissons ne date que de 1895.

 

L’hymne Officiel d’Euskadi-Eusko Abendaren Ereserkia a été approuvé par le Parlement basque, le 14 avril 1983. A partir de ce moment, l’hymne avec l’ikurriña (drapeau basque) est devenu l’un des symboles d’identité les plus représentatifs du peuple Basque, il n’a pas de paroles et il est basé sur une mélodie populaire d’un auteur inconnu, qui s’interprétait comme une salutation au drapeau. Plus tard, l’inspirateur du nationalisme basque, Sabino Arana Goiri, composa un texte et l’adapta à cette vieille mélodie, en créant, ainsi, le “Gora ta Gora”, l’hymne officiel du Parti Basque.

Ikuriñari

Danse commune aux 7 provinces du pays basque

        Salut au drapeau, le pays se divise en 7 provinces reparties de part et d'autre des Pyrénées, mais les basques se retrouvent autour de leur drapeau. Ce drapeau vient de fêter son centenaire, il est composé d'un fond rouge qui représente, les origines, la couleur du sang; sur ce fond rouge se trouve une croix verte, cela symbolise la loi, la loi des hommes; sur cette croix verte est posée une croix blanche qui symbolise la foi, la loi de Dieu. Il y a donc le peuple, au dessus du peuple, la loi des hommes et au dessus de la loi des hommes il y a la loi de Dieu.

Cette danse est un hommage à l'unité du pays au delà des frontières provinciales et nationales.

 

Ustai dantza

 

       Province du Gipuzka C'est une danse de la corporation très puissante des vanniers de la province de Gipuzkoa. Cette profession était très répandue dans la province jusqu'au début du vingtième siècle. Cette danse est traditionnellement exécutée par les hommes, mais vous pouvez rencontrer des versions mixtes comme nous l'exécutons. La tradition du Gipuzkoa inclut un cycle des danses exécutées avec des instruments tels que des épées, des bâtons et des arceaux, danses dans lesquelles les danseurs montrent leurs virtuosités.


Makhil dantza

        Province de la Biscaye Danse typique qui rend hommage à la corporation des bûcherons de la province de Biscaye.

Les makhilas sont les bâtons avec lesquels s'exécute la danse. C'est un bâton traditionnel basque, un signe distinctif très apprécié qui met en valeur le destinataire de ce cadeau et un compagnon de marche.

Les makhilas sont réalisés en bois de Néflier qui est scarifié 6 mois avant la récolte. Les fabricants de makhilas sont très rares de nos jours.

 


Oxagavia



        Province de la Navare Dans la vallée d'Oxabavia, le village du même nom est niché au pied de la montagne où domine l'ermitage de la vierge de Muskilda. Chaque année, au mois de septembre, les danseurs du village offrent à la vierge les prémices de leur danse animée par le Bobo, personnage aux deux visages tel Janus.

Ce Bobo, comme nous l'appelons chez nous, on pourrait dire aussi le simplet, perturbe la danse par ses attitudes, mais nous l'acceptons volontiers.

 



Bastan

Province de la Navvare

        Cette danse est interprétée par les femmes des villages au moment des rogations quelques jours avant les fêtes religieuses de l'Ascension.

Elle est une offrande à Dieu afin qu'il assure la fertilité des champs et une récolte abondante pour que personne n'ait à souffrir de faim dans la vallée.Le Bastan est une haute vallée navarraise qui a pour capitale ELIZONDO, célèbre pour les batailles contre les Almohades (dynastie arabe qui occupait une partie de l'Espagne en l'an 1200). .

 

Fandango.

        Si tous les spectacles commencent par un hommage solennel au drapeau basque , Ikuriñari ; ils se terminent tous par la danse populaire par excellence de notre pays, le Fandango.

Le Fandango est toujours suivi d'un Arin-arin, qui signifie léger léger, danse alerte et légère qui clôture souvent la représentation du groupe.

Ces danses récréatives populaires, sont exécutées à la suite l'une de l'autre sont d'origines incertaines. Il est probable qu'elles soient beaucoup plus récentes dans le répertoire Basque que les danses rituelles. Le Fandango est dansé avant l'Arin-arin et est généralement plus lent et dansé plus près de la terre.

L'Arin-arin possède des enchaînements rapides et plus légers sont également pratiquement interchangeables.








  Photos du Groupe folklorique basque et béarnais " Ereberentzia "

 

        Souvent exécutées lors des carnavals ou des mascarades, certaines danses sont très techniques et très particulières. Elles peuvent comporter de très nombreux personnages, dont voici les plus typiques:
Le Gatuzain: l’homme chat. Avec un engin armé de griffes de chat, il saute comme cet animal pour déjouer les mauvais sorts.
Le Zamaltzain: l’homme cheval. Toujours majestueux, descendant de la mythologie antique, mais aussi représentant le roi des Basques, Santxo le Fort, le seul qui ait régné sur l’ensemble des territoires basques (vers l’an mil).

 

           



         La danse la plus répandue de la Mascarade est celle du Godalet dantza (danse du verre). Les danseurs, à tour de rôle, effectuent une série de pas et d’entrechats autour d’un verre rempli de vin. L’un des danseurs termine la danse, en sautant sur le verre sans le faire tomber !







 
French (Fr)English (United Kingdom)