les halles

A l'origine il n'y avait que des marécages...

halleSaintJeanDeLuz"Donibane-Lohizune" (Saint-Jean-des-Marais) voila en basque le nom de Saint-Jean-de-Luz, qui était du au fait que jusqu’en 1884 au centre de la ville se trouvaient des marécages sales et nauséabondes. Depuis l’inauguration de la gare en 1864 le développement de la ville s’accélère. Le tourisme se développant, surtout avec la venue des anglais, amoureux de la région, il est devenu prioritaire pour la municipalité d’assécher au plus vite cette zone qui est un passage pas vraiment très agréable, pour se rendre de la gare vers le centre ville et le bord de plage. Pour l’anecdote en 1871 un voyageur, arrivé par un train de nuit, en cherchant son chemin se noiera dans ces marais.
En 1873, la municipalité rachète à l’administration des Domaines, les terrains. Une commission est alors nommée pour définir et assurer le financement d’un projet. Le remblai des marais peut alors commencer.

Début des réamenagements..
C’est un architecte de Bayonne, Louis Lavergne qui sera chargé de dessiner les futures halles. Pour ce, il va s’inspirer du style  " Baltard " du nom d’un célèbre architecte Victor Baltard (1805-1874). Cet architecte a entre autre imaginé des pavillons dont l’un porte encore aujourd’hui son nom à Paris. Le marché couvert est ainsi réalisé en fer, fonte et en verre, dans un esprit résolument novateur pour l’époque. La construction à l’avantage d’être préfabriquée. Les pièces métalliques produites dans les usines de Funnel(47) sont ainsi acheminées par le rail et assemblées sur place à la façon d’un mécano par une société d’Auch. Le chantier estimé à 140 000 francs de l’époque fut terminé en six mois, malgré quelques retards dus à la nature du terrain. C’est l’architecte, jugé responsable des surcouts, qui en sera responsable.
A l’origine le réaménagement du quartier des marais est le projet du maire Vincent Barjonnet, bonapartiste pure souche il dirigera la ville de 1871 à 1878. Mais la décennie s’est ouverte sur la chute de la IIIe république.

halleSaintJeanDeLuz2L’administration reproche à Vincent Barjonnet ses opinions bonapartistes. Le premier magistrat de la ville est alors écarté de la vie politique de la ville.
C’est un républicain, Martin Guilbeau, qui se trouve propulsé à la tête du conseil municipal, avec l’aide du préfet. Il écarte le projet de son prédécesseur, jugé trop onéreux, et adopte en 1883 celui de l’architecte Louis Lavergne.
C’est le 1er octobre 1884, jour de rentrée scolaire, que Martin Guilbeau inaugure les halles, puis l’école élémentaire des garçons et le foirail de Saint-jean-de-luz. Son nom seul est encore inscrit sur l’entrée des halles.
L'édifice a été réhabilité plusieurs fois depuis son inauguration.
En 1925 par l’architecte André Pavlosky, qui réalisa de nombreux édifices comme les deux phares de Saint-Jean-de-Luz, se voit confier la rénovation intérieure du marché. Ensuite en 1930, la rénovation donna aux halles son aspect actuel. En 1991 la municipalité entrepris de gros travaux de réhabilitation de la structure qui avec les années souffrait du temps, une cure d’allégement est entrepris, la couverture en ardoise est remplacée par du zinc à l’aspect similaire mais permet surtout d’alléger l’édifice de 20 tonnes. halleSaintJeanDeLuz3En 1997 dernière opération la réfection de l’intérieur et donc cette année un nouveau chantier a commencé pour réhabiliter le parvis des halles, ces travaux ont pris fin début juin 2012.

 
French (Fr)English (United Kingdom)